L’APM regrette l’annulation des vœux à la presse de Matignon


L’Association de la Presse ministérielle constate que le Premier ministre renonce, cette année, à la cérémonie de vœux à la presse. Elle le regrette. Rompre une tradition républicaine n’est pas gage de modernité.
Alors que le Chef de l’Etat a affirmé, dans ses vœux aux journalistes, son souci de protéger la liberté de la presse, « une liberté première », cette annulation est un mauvais signal envoyé à notre profession, qui se voit de plus en plus entravée, au quotidien, dans l’exercice de son métier.
Cette cérémonie est l’occasion d’une rencontre avec les journalistes qui couvrent l’actualité du Premier ministre, les correspondants à Matignon mais aussi nos collègues pigistes ou de médias étrangers.
Ces derniers ont rarement la possibilité de s’entretenir avec le Chef du Gouvernement.
C’est aussi et surtout un échange précieux autour des difficultés, des préoccupations propres à l’exercice de notre métier. L’Association de la Presse ministérielle s’en fait le relais régulier, et ce depuis de très longues années.
L’abandon de ces vœux à la presse est en effet d’autant plus regrettable que notre association célèbre cette année son 70ème anniversaire. On a connu meilleure considération de la part des pouvoirs publics pour une association professionnelle de journalistes emblématique.
Benjamin Sportouch, Président de l’APM et le Bureau
fond-hôtel-matignon